Anne-Elisabeth Migeon
Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély
 

ANNE-ELISABETH MIGEON, Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély et Saintes

Régimes mal conduits et perte de masse musculaire !

03 Oct 2022 ANNE-ELISABETH MIGEON Alimentation

Obésité et dénutrition : attention aux régimes farfelus et aux pertes de poids trop rapides…

 

Carences nutritionnelles et surpoids ou obésité́ sont loin d’être des termes incompatibles et surtout avec la consommation d’aliments ayant une densité́ énergétique élevée mais une densité́ nutritionnelle insuffisante.
 De plus, la plupart des régimes exposent à un risque de déficit en vitamines, en minéraux et en fibres alimentaires, et d’autant plus élevé́ que la restriction calorique est plus sévère, prolongée et farfelue. On assiste alors à une perte de la masse maigre musculaire, c’est ce que l’on nomme l’obésité sarcopénique.

Quelle stratégie nutritionnelle pour éviter un risque de sarcopénie ?

On peut donc dire que l’obésité sarcopénique est une forme de carence. En effet, elle associe une masse grasse ou un poids corporel élevé́ associé à une masse musculaire diminuée comparable à ce que l’on observe au cours du vieillissement. On sait que l’activité physique et la nutrition sont les deux facteurs essentiels pour limiter ce risque.

En effet, d’une part, la diminution de l’activité́ physique est un facteur de risque majeur d’aboutir à une obésité sarcopénie car elle constitue un stimulus anabolisant c’est-à-dire permettant la synthèse des protéines musculaires.

D’autre part, l’approche nutritionnelle est plus complexe puisque la sarcopénie et l’obésité́ procèdent de mécanismes opposés, l’une étant liée à un apport nutritionnel insuffisant et l’autre à une consommation excessive d’énergie. La stratégie d’intervention nutritionnelle devrait concilier un apport nutritionnel prévenant la perte de la masse musculaire squelettique tout en réduisant la masse grasse, c’est-à-dire préserver la synthèse musculaire dans un contexte de déficit énergétique comme dans un régime amaigrissant. Mission quasi impossible, puisque tout régime hypocalorique efficace sur la masse grasse va entrainer de fait une perte de masse musculaire.

Que peut-on proposer ?

Une alimentation apportant suffisamment de protéines et/ou une supplémentation en micro-nutriments sont un moyen théorique et très imparfait de résoudre ce dilemme. Chez les sujets obèses plus âgés, l’apport protéique recommandé est augmenté́ à 1,2 g/kg/j, voire davantage, en cas de maladie chronique comme le diabète. La réponse anabolique à l’apport alimentaire peut être amplifiée par les apports suffisants de protéines d’origine animale consommées à chaque repas.

On peut aussi proposer un enrichissement en micronutriments et en vitamines souvent déficients chez les personnes en obésité sarcopénique ou non. La correction des carences en micro-nutriments pourrait être un auxiliaire de prévention intéressant et prometteur.

Conclusion :

Il faut donc rester vigilant car les situations à risques de carences en vitamines et minéraux mais aussi celles de dénutrition existent même dans nos pays où l‘offre alimentaire ne pose pas de problèmes.

Souvent ces situations sont dues à des choix alimentaires mal adaptés et à la prise en charge des obésités par des régimes alimentaires trop restrictifs où seul le résultat compte et au cours desquels s’installent ces déficits.

Métaboliquement il faut être vigilant, une perte de poids trop rapide ou mal conduite sera responsable d’une perte de masse grasse mais inéluctablement d’une perte de masse musculaire associée.

Si la prise en charge du surpoids ou de l’obésité n’a pas un objectif à long terme, force est de constater que dans les mois qui suivent ces régimes mal conduits, la remontée du poids est au rendez-vous avec une reprise de masse grasse au détriment de la masse musculaire.

Ainsi débute ce que l’on appelle couramment l’effet « yoyo » et le cercle vicieux des pertes et de reprise de poids d’où l’importance de faire appel à un professionnel de la nutrition formé à différents modes de prises en charges et qui saura guider les patients selon leurs besoins.

 


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Entretenir un bon microbiote;

En savoir plus sur le jeûne intermittent...

Et si vous cultiviez la gratitude ?

Catégories

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.