Anne-Elisabeth Migeon
Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély
 

ANNE-ELISABETH MIGEON, Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély et Saintes

En savoir plus sur le jeûne intermittent...

26 Oct 2022 ANNE-ELISABETH MIGEON Alimentation

En savoir un peu plus sur le jeûne intermittent

Avant tout, il faut savoir que le jeûne intermittent n’est pas forcément un régime et ne sera pas toujours suivi d’une perte de poids.

D’ailleurs, il est faux de considérer que seul le contenu de l’assiette sera déterminant, en effet, notre métabolisme est aussi influencé par l’heure à laquelle nous mangeons et ce que nous mangeons selon l’horaire de la journée.

Notre rythme circadien (c’est-à-dire la régulation de l’organisme sur un cycle de 24 H veille et sommeil) fera que nos nutriments seront métabolisés différemment selon l’horaire de la journée. Ce rythme circadien influence aussi la production de nos hormones dont on sait qu’elles sont impliquées dans le stockage et le déstockage des graisses comme l’insuline, le cortisol …

Peut-on considérer le jeûne intermittent comme un régime ?

En fait même si le jeune intermittent selon certaines pratiques peut entrainer une perte de poids, il n’en reste pas moins être plutôt une pratique de santé qu’un régime à part entière. De plus, pendant le jeûne intermittent, la tentation est très forte de manger un peu plus durant les périodes d’alimentation …et de limiter son activité physique ce qui aura pour conséquences de ne pas entrainer une perte de poids.

Un des principes le plus fréquent est de pratiquer le jeûne 5 :2 c’est-à-dire manger normalement ou plutôt de façon équilibrée durant 5 jours et ne consommer que 25% de l’apport calorique habituel 2 jours par semaine. Attention cependant à ne pas avoir, comme l’a montré une étude,  des apports caloriques  plus importants pendant les périodes d’alimentation surtout quand elles précèdent les périodes de jeûne.

Pour autant  toujours selon les mêmes études, les personnes n’avaient pas plus faim. Mais ils augmentaient leurs apports caloriques par anticipation, et par peur de manquer, sans être à l’écoute de leurs sensations de faim et rassasiement. Cette étude suggère donc que lors de la pratique d’un jeûne intermittent, une tentation de tricher existe et cela pourrait annuler l’intérêt du jeûne intermittent notamment en matière de perte de poids.

En pratique comment procéder ?

On peut considérer qu’il existe 3 façons de pratiquer le jeûne intermittent :

  1. En procédant comme ci-dessus c’est-à-dire manger normalement durant 5 jours et ne consommer que 25 % de l’apport calorique habituel sur 2 jours.
  2. En sautant 1 repas par jour soit le petit déjeuner soit le diner
  3. Ou bien en choisissant de jeûner 24 H sur une semaine (durant cette pratique seules les boissons non caloriques seront consommées comme le thé, l’eau, le café, les tisanes …)

Attention, les périodes d’alimentation ne devront bien sur pas compenser les périodes de jeûne et durant ces phases il est conseillé de maintenir une alimentation équilibrée riches en végétaux, en protiénes animales de bonnes qualités, et limitée en sucre, produits sucres et aliments ultra-transformés.... Pour qu’un jeûne fonctionne en termes de perte de poids, il faut  que les calories ingérées ne dépassent pas les calories dépensées. Au contraire, il faut brûler plus de calories que celles ingérées, ce qui suppose d’y associer une activité physique régulière. Ce qui signifie dans le cas du jeûne intermittent que les périodes d’alimentation ne doivent pas apporter plus de calories pour compenser au risque de ne pas perdre de poids voire même d’en prendre.

Si vous choisissez de sauter un repas par jour ou en tout cas de pratiquer le jeune sur une période d’au moins 16 h que vaut-il mieux sauter le petit déjeuner ou le diner ?

Choix n°1 :

Faire un petit déjeuner de 600 à 700 cal

Composer un déjeuner entre 12H30 ET 13H30

Enfin le diner se fera entre 17h45 à18H45

Choix n°2 :

On supprime le petit déjeuner

Le déjeuner se fera entre 13H30et13H30

Le diner entre 17H45 et 18H45

Un en cas sera fait le soir vers 22H 23H (600 à 700 calories, la valeur du petit déjeuner)

Après comparaison entre les 2 schémas, on note que la perte de poids est plus sensible avec le choix 1 car en effet, le choix 2 avec la prise d’un encas vers 22H permet le maintien du stock de glycogène ce qui aura pour conséquence une diminution de l’oxydation des lipides durant le jeûne nocturne. Ce schéma pourrait à terme être responsable d’un stockage des graisses et cela malgré les bienfaits du jeûne nocturne.

Pour conclure :

Le jeûne intermittent doit être considéré comme une pratique de santé à l'image d’autres modèles alimentaires (méditerranéens) ou d’autres pratiques comme l’activité physique. Le jeûne peut parfaitement entrer dans une routine alimentaire.

Comme toute pratique alimentaire, il est conseillé de se faire accompagner si l’on souhaite s’adonner à ce principe et s’assurer qu’il n’y ait pas de contre-indication.

 


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Entretenir un bon microbiote;

En savoir plus sur le jeûne intermittent...

Et si vous cultiviez la gratitude ?

Catégories

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.