Anne-Elisabeth Migeon
Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély
Anne-Elisabeth Migeon
 

ANNE-ELISABETH MIGEON, Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély et Saintes

Alimentation et thyroïde

Alimentation

Alimentation et compléments nutritionnels peuvent améliorer le fonctionnement de la thyroîde, réduire les déficits en nutriments associés à l'hypothyroïdie et éradiquer certains symptômes. 

Voici, quelques mesures à adopter en plus des traitements classiques .

A quoi sert la thyroïde ?

La thyroïde est une glande en forme de papillon, située à la base du cou. Elle régule le métabolisme des cellules de notre corps par la production de 3 hormones : La triiodothyronine ou T3, la Thyroxine ou T4, et la calcitonine. Les hormones T3 et T4 sont produites à partir de l'iode et d'un acide aminé ( la tyrosine). Ces hormones entrent en jeu dans un grand nombre de fonctions comme l'utilisation de l'énergie et de l'oxygène, la régulation thermique, la fertilité, l'utilisation de vitamines, protéines, glucides, lipides, la régulation du système immunitaire de l'intestin...

La production des hormones thyroïdiennes est régulée par une autre hormone la TSH produite par l'hypophyse, elle même stimulée par une autre hormone produite par l'hypothalamus et appelée la TRH;

Il faut savoir que la TSH a pour rôle de stimuler la thyroïde lorsque le taux des hormones thyroïdiennes dans le sang baisse.

Qu'est-ce que l'hypothyroïdie ?

Lorsque la glande thyroîde ne produit plus assez d'hormones, on parle alors d'hypothyroïdie, c'est par exemple ce qui se passe dans les thyroïdites auto-immunes comme la maladie d'Haschimoto ( destruction de la glande thyroîdienne par le système immunitaire). Si tout le monde peut être concerné par l'hypothyroïdie, il faut savoir que les femmes sont en général plus touchées que les hommes.Après 60 ans, 10 à 15 % de la population souffrirait d'hypothyroïdie. 

Quels sont les signes d'une hypothyroïdie ? 

En général, en cas d'hypothyroïdie, l'organisme fonctionne au ralenti et les personnes atteintes sont fatiguées, manquent d'énergie, dorment beaucoup. A cela vient s'ajouter une prise de poids, de la constipation, une frilosité, un ralentissemnt de la fréquence cardiaque, la peau est sèche, on peut observer une chute des cheveux mais aussi de la dépression ou une instabilité émotionnelle. Certaines fois, l'apparition d'un goitre peut survenir c'est à dire un gonflement au niveau du cou en lien avec l'augmentation de la thyroïde. 

Le diagnostic est généralement fait par les signes cliniques associés à un dosage de la TSH, et des hormones thyroîdiennes. En effet lorsque le taux des hormones thyroîdiennes est trop bas, l'hypothalamus sécrète alors la TRH qui stimule l'hypophyse qui va alors produire de la TSH ( cette dernière augmente donc dans le sang) afin de rétablir les taux des hormones thyroîdiennes.

Donc une valeur élevée de la TSH peut indiquer une hypothyroîdie. Les valeurs dites normales varient d'un laboratoire à l'autre, mais il existe un consensus autour de 0,30-0,45mU/L et au delà de 10, on peut parler d'hypothyroïdie franche. 

Les traitements classiques : 

En général le plus prescrit en cas d'hypothyroïdie est la lévothyroxine qui est une T4.Pourtant, de nombreux patients ressentent encore des symptômes évoquant une hypothyroîdie et cela même si leur taux de TSH est dans les normes. Cela viendrait d'une mauvaise conversion de la T4 apportée en T3 forme active. Alors votre médecin peut vous prescrire un mélande de T4 et de T3 ( synthétique) pour palier à ce problème; 

A noter plusieurs facteurs peuvent influencer cette conversion de T4 en T3 : les déficit en iode, en fer, en sélénium, en zinc, en vitamines A, en vitamine B2 ( riboflavine), en B6 ( pyridoxine), en B12 ( cette vitamine est souvent en déficit chez les personnes qui souffrent d'hypothyroïdie).

Donc en dehors du traitement, l'alimentation joue un rôle essentiel en cas d'hypothyroîdie en association avec le traitement. Notamment elle peut influencer la conversion de l'hormone T4 en T3 mais elle peut également contribuer à réduire la prise de poids.

Rôle de l'alimentation :

Les nutriments indispensables au bon fonctionnement de la thyroides sont : 

L'iode : en effet, la thyroîde a besoin d'iode pour fonctionner correctement et particulièrement pour fabriquer les hormone thyroïdiennes. On trouve l'iode dans le sel iodé mais en raison de la nécessité d'en,réduire sa consommation , on peut se rabattre vers d'autres sources d'iode comme les produits de la mer, les algues, les crustacés, et certains poissons.

Pour savoir si vous manquez d'iode, un dosage urinaire de l'iode ou iodurie peut être réalisé. 

Le sélénium : Il est essentile au fonctionnement de la glande thyroide. Il protège la thyroïde des attaques des espèces réactives de l'oxygène délétères et joue ausssi un rôle dans la conversion de l'hormone T4 en T3. On en trouve dans la noix du Brésil mais aussi, les huitres, le thon, le hareng, les abats.Il est aussi possible de prendre du sélénium sous la forme de supplément soit seul soit en complexe de vitamines . Les doses usuelles sont de 40 à 50 microgrammes par jour. 

Le Zinc : C'est un minéral nécessaire à de nombreux processus biiologiques comme l'immunité. Si le zinc est essentiel à la synthèse des hormones thyroïdiennes, les hormones thyroïdiennes sont aussi nécessaires à son absorption. Certaines études montrent que les taux de zinc et de sélénium sont plus bas chez les personnes souffrant d'hypothyroïdie. 

On trouve le zinc dans les aliments riches en protéines comme la viande et les crsutacés dont les huitres, les graines de courges, là assi une supplémentation peut être proposée par un professionnel formé à la micronutrition à des doses de 15 à 30 mg par jour.

La vitamine B12 :  Un déficit en vitamine B12 ou cobalamine peut être associé à une réduction de la production des hormones thyroïdiennes.et cela est détecté chez 40 à 50 % des patients souffrant de maladies auto-immunes de la thyroide. On trouve de la vitamine B12 dans les aliments d'origine animale. Le mieux si vous souffrez d'hypothyroïdie est de vérifier votre taux de vitamine B12.

La vitamine A : Les personnes souffrant d'hypothyroïdie sont plus concernées par un déficit en vitamine A.Celui-ci peut s'exprimer par des affections occulaires, une sécheresse cutanée, des cheveux secs...

La vitamine A peut être obtenue directement sous forme de rétinol en consommant des produits animaux comme le beurre, les oeufs, les fromages , ...et elle peut être obtenue sous forme indirecte de pro-vitamine A que l'on puise dans les végétaux contenant du béta carotène : la carotte, les poivrons, les végétaux colorés ...

La vitamine D : Là aussi, des études ont montré que les peronnes souffrant d'hypothyroîdie ( thyroîdite de Haschimoto) ont des taux plus faible de vitamine D. Il faut dire que d'autres facteurs peuvent influencer l'absorption  et la production biologique de la vitamine D comme l'inflammation, l'excès de poids, le stress et aussi certains médicaments...La source principale de la vitamine D est l'alimentation et l'exposition au soleil. La vitamine D se retrouve sous 2 formes la D3 et la D2 et il faut noter que la vitamine D3 est la plus efficace. A la saison froide, pour obtenir des taux convenables de vitamine D, il est souvent nécessaire d'avoir recours à une supplémentation avec un suivi pour apprécier l'impact sur le taux sanguin. 

La vitamine C : Ne pas manquer de vitamine C est aussi important pour améliorer l'efficacité du traitement à la lévothyroxine. La vitamine C peut en effet améliorer l'absorption la T4. Mais cette vitamine est aussi importante pour la bonne santé de la thyroîde. 

Au niveau habitudes alimentaires : On peut associer les conseils suivant : 

Evitez la prise de poids avec notamment une alimentation adaptée et contrôlée en aliments à index et charge glycémique élevées pour contrebalancer les perturbations du métabolisme glucidique observés chez environ 50 % des personnes souffrant de maladie d'Haschimoto. 

Consommer du poisson pour palier à la perturbation du métabolisme du cholestréol observé en cas d'hypothyroîdie. Favoriser notamment la consommation d'acide gras oméga 3 que l'on trouve dans les poissons gras ( sardines, maquereaux, ....) et dans certaines huiles végétales. De plus, la dépréssion pouvant accompagner l'hypothyroîdie, la consommation de poissons riches en oméga 3 et surtout de type DHA sera bénéfique. 

Les fibres non assimilées par l'organisme elle n'ont donc pas de valeur nutritionnelle mais elle participe à la régulation du transit et jouent un rôle très important dans la digestion . Elles vont permettre de lutter contre la constipation qui accompagne souvent l'hypothyroîdie. La meilleure source de fibres restent les légumes secs qui peuvent en contenir jusqu'à 25%. Il faudarit consommer des fibres à hauteur de 25 à 30 g par jour.

Il faudra cependant veiller à prendre les fibres à distance des hormones de synthèse afin de ne pas en perturber l'absorption.  

 

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.