Anne-Elisabeth Migeon
Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély
 

Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély et Saintes

TDAH : nutrition et micronutrition ( partie 2)


Hyperactivité : la prise en charge micro-nutritionnelle et nutritionnelle

 

Les différentes hypothèses sur le TDAH montrent la nécessité dans ces troubles de combler les déficits micro-nutritionnels en association à une prise en charge alimentaire. Après avoir recherché des déficits de fonctionnement de certaines voies cérébrales (voie de la dopamine ou voie de la sérotonine). On peut proposer :

  1. En cas d’hypoglycémie associée : il est conseillé de limiter la consommation de glucides simples et à index glycémique élevé et de favoriser les glucides à index glycémiques bas comme les légumes secs, les céréales complètes. …associés à des protéines à chacun des repas, y ajouter un filet de jus de citron ou une cuillère à café de vinaigre de cidre pour diminuer les IG des plats.

      Si l’hypoglycémie est rebelle et en lien avec le chrome, il sera intéressant d’ajouter du chrome en micronutrition et apporter entre 25 à 50 microgrammes en 2 prises matin et début d’après-midi.

  1. D’une façon générale, les déficits micro nutritionnels doivent être recherché comme les déficits en fer, ou en magnésium, iode ou zinc et surtout, il faudra être vigilant sur l’équilibre des apports en acide gras entre les oméga 3 ( qu’il faudra favoriser : poissons gras au moins 1 fois par semaine, huile de noix, de colza, œufs issus de la filière bleu blanc cœur…)  et les oméga 6. Là encore, si besoin et si les apports en acide gras oméga 3 restent insuffisants, on pourra conseiller une complémentation en acides gras oméga 3.
  2.  En cas d’intolérance alimentaire (une recherche peut être faite en laboratoire) il sera conseillé d’évincer les aliments les plus allergisants comme le lait de vache, le gluten mais aussi d’être attentif à la présence de colorants dans les apports alimentaires. Il faudra aussi rechercher une éventuelle hyperperméabilité intestinale et la corriger au plus vite à l’aide de glutamine et de probiotiques

                                                                                        .

En conclusion :

La nutrition et la micro-nutrition se côtoient et sont au cœur d’une approche multidisciplinaire pour se compléter dans l’amélioration des symptômes et troubles chez les enfants atteints de TDHA. On le sait cette double approche donne de très bons résultats et un intérêt sera toujours porté sur le déficit en acide gras oméga 3 très fréquent chez l’enfant.

Il existe certes un traitement (le méthylphénidate) mais qui doit être réservé de préférence au cas les plus difficiles et  dont association avec une prise en charge nutritionnelle et micronutritionnelle optimise les résultats.


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Le nouveau Nutriscore est-il plus adapté ?

Petit ou grand dormeur : la nuit de 8H serait un mythe ...

Ma recette Kéto : Mendiants au chocolat

Catégories