Anne-Elisabeth Migeon
Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély
 

Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély et Saintes

Energie : Glucides versus lipides


Glucides versus lipides : Nos 2 sources d’énergie

 

Lors d’un effort physique, notre organisme va devoir aller chercher de l’énergie. Les glucides et les lipides sont alors les 2 principales sources d’énergie de l’organisme. C’est à partir de notre alimentation que le corps est capable de produire les glucides et les lipides mais notre organisme pourra également aller puiser cette énergie dans ses réserves.

L’énergie est donc stockée sous 2 formes dans nos aliments : les glucides et les lipides.

1) Les Glucides : Energie rapidement disponible

En effet, les glucides constituent une source d’énergie la plus rapidement disponible. On les trouve dans les céréales, les légumineuses, les féculents…sources de glucides complexes  ou lents et les produits laitiers, les produits sucrés, les fruits…le miel, les sodas, la confiture source de glucides dits simples ou rapides

Suite à la consommation de pâtes ou de fruits ou de céréales, la digestion donnera des glucides, ces glucides seront ensuite stockés en glycogène dans nos muscles et notre foie. C’est au cours d’un effort physique que ce stock sera utilisé pour répondre aux besoins des fonctions physiologiques comme la contraction musculaire ou encore l’augmentation de la fréquence cardiaque. Normalement cette utilisation des réserves en glycogène sera responsable d’une hausse temporaire de la glycémie puisque les sucres libérés seront brûlés pour cet effort.

Physiologiquement, le corps a besoin de maintenir une glycémie stable, cela se fait grâce à l’action concomitante selon la situation de l’insuline et du glucagon, 2 hormones produites par le pancréas.

Ainsi, dans le cas du sportif, l’organisme va puiser son énergie de ces nutriments que sont les glucides.  Au cours d’un effort le corps va utiliser les glucides puis le glycogène réserve mobilisable mais limitée. Mais lors d’un effort physique prolongé, que se passera-t-il ?  La glycémie fera le yoyo entre hypo par consommation des glucides et ensuite hyper suite à la prise de sucre par le sportif…Cependant,  si la glycémie descend trop bas les muscles seront vidés de toute leur énergie et le sportif épuisé sera dans l’obligation de se resucrer et d’attendre une remontée de la glycémie. Ce phénomène bien connu des sportifs s’appelle le « mur ».

C’est alors que le corps a la possibilité d’utiliser une autre voie métabolique celle des lipides.

2) Les lipides ou matières grasses : une énergie durable et alternative​​​​​​​

En effet, l’organisme a la faculté d’utiliser une autre voie énergétique la voie des lipides ou voie cétogène. Cette faculté de l’organisme date de la préhistoire où l’homme chasseur cueilleur devait parfois parcourir de longues distances pour se nourrir et cela sans ravitaillement sucré sur son chemin. C’est grâce à la voie des cétones que le corps peut produire son énergie quand le stock en glucides est épuisé.

Comment cela se passe-t-il ?

Sans glucides, le foie est capable de transformer les graisses stockées ou apportées par les repas en corps cétoniques autre source d’énergie utilisable. D’une façon générale les muscles comme le cerveau ou bien le cœur ont la possibilité d’utiliser les corps cétoniques comme source d’énergie.

Conclusion :

 En l’absence de glucose, le corps va puiser son énergie à partir des lipides, énergie non seulement mobilisable mais aussi bien plus abondante que celle produite par les glucides. Alors lors d’un effort prolongé course ou vélo, une partie des réserves lipidiques sera utilisée pour produire l’énergie et de fait une dépense calorique associée.

Toutefois il faut aussi noter que le corps à la possibilité de dégrader les protéines pour en faire des glucides grâce à une voie métabolique marginale appelée la néoglucogénèse.  

Apprendre à mobiliser ses réserves en lipides tout en préservant ses réserves en sucre reste un challenge et un atout qui permet de contourner ce que les sportifs connaissent sous le nom de « mur » et qu’ils redoutent. La glycémie restera stable pendant toute la durée de l’épreuve.

Il reste pour y parvenir à apprendre à déverrouiller l’immense réservoir énergétique constitué par les lipides.


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Le nouveau Nutriscore est-il plus adapté ?

Petit ou grand dormeur : la nuit de 8H serait un mythe ...

Ma recette Kéto : Mendiants au chocolat

Catégories