Anne-Elisabeth Migeon
Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély
 

Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély et Saintes

Cancer du sein : prévenir et agir


Cancer du sein et alimentation : Prévenir et agir

 

On le sait, l’alimentation joue un rôle essentiel dans la prévention des cancers et notamment dans celle du cancer du sein. On préconise par exemple pour réduire le risque du cancer du sein d’adopter une alimentation de type méditerranéenne. En effet, on connait les effets anti-inflammatoires de ce modèle alimentaire mais aussi, on a déterminé une action de ce modèle sur le microbiote spécifique des glandes mammaires.

Un essai clinique a également montré que les femmes qui suivent un régime méditerranéen et consomment de l’huile d’olive ont un risque plus faible de cancer du sein que celles qui ont suivi un régime pauvre en graisses. Ce choix alimentaire vaut en prévention mais aussi pendant et après un cancer du sein.

Aussi, mieux manger permettra de mieux contrôler son poids voire de perdre du poids, ce qui sera bénéfique pour réduire le risque de cancer. Selon une étude avoir une alimentation anti-inflammatoire et riche en végétaux sera bénéfique pour réduire ce type de cancer.

En effet, une étude menée sur 15 ans et portant sur 318 000 femmes, a montré que les femmes qui ont développé un cancer du sein étaient aussi celles qui avaient une alimentation à plus fort potentiel inflammatoire (potentiel mesuré selon un score calculé). Ce lien entre alimentation inflammatoire et cancer du sein était encore plus fort chez les femmes ayant développées la maladie avant la ménopause.

De même une autre étude, avait montré que les femmes ménopausées qui consommaient le plus de végétaux (légumes, fruits …) étaient moins exposées à un cancer du sein hormono-dépendant (type de cancer très fréquent, représentant ¼ des cancers du sein). A cette constatation, l’effet protecteur était encore plus marqué chez les femmes qui associaient à leur consommation de végétaux une diminution des glucides (sucres) raffinés.

Concrètement : comment faire ?

Pour lutter contre l’inflammation, il est préférable de privilégier les légumes, les fruits, les légumineuses, les céréales complètes et les « bonnes » graisses, comme les oméga-3 qui ont des propriétés anti-inflammatoires. Ces recommandations sont proches de celles du régime méditerranéen pauvre en viande rouge et en aliments transformés dont on connait le rôle inflammatoire.

Conclusion :

 Une alimentation saine a un impact sur le poids, on sait que le surpoids et l’obésité sont des facteurs de risque du cancer du sein, mais de bonnes habitudes alimentaires affectent le risque de cancer du sein au-delà de leur impact sur le poids.

Voir mon article sur l’alimentation anti-inflammatoire : « L’alimentation anti-inflammatoire : synthèse de ce qu’il faut savoir »


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Ma recette santé : Pancake de Quinoa fermenté

Bilan Oligocheck et Cardicheck

Vitamine D et Mélanome.

Catégories