Anne-Elisabeth Migeon
Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély
 

ANNE-ELISABETH MIGEON, Certifiée en Micronutrition et en Nutrition Comportementale à Saint-Jean-d'Angély et Saintes

Les édulcorants dans le comportement alimentaire.

03 Mar 2022 Alimentation

Le rôle des édulcorants et des produits sucrés à base d'édulcorants reste encore un vaste débat. Cependant, des études soulignent que les édulcorants pourraient avoir un certain rôle dans le contrôle et la gestion de l'alimentation chez les patients obèses en les aidant à mieux adhérer aux conseils nutritionnels. 

Effet à court terme : 

Par exemple si l'on fait le bilan des apports énergétiques suivant une boisson sucrée soit avec du glucose, soit avec du fructose, soit avec de l'aspartame soit une boisson au choix, on constate que les apports énergétiques totaux sont un peu plus élevés avec la prise de boisson sucrée même si cette différence ne se retrouve pas si l'on compare ses apports avec une prise de boisson sans sucre et une prise de boisson édulcorée. 

Donc pour comprendre, en effet, une boisson sucrée consommée avant une prise énergétique induit une petite baisse des apports alimentaires suivant mais au final et sur le total, les apports énergétiques resteront plus élevés qu'avec la consommation d'une boisson édulcorée, dont l'effet sera plutôt  neutre . Ces résultats sont tirés d'une méta-analyse ( c'est à dire un regroupement de plusieurs études menées sur le sujet). 

A plus long terme : 

Sur l'attirance pour le sucré :  

Une étude menée chez des personnes de poids normal ou en léger surpoids a mesuré avec précision les apports alimentaires sur 5 semaines avec soit une prise de 330 ml d'eau ou de 330 ml de boisson édulcorée . Aucune différence notée sur l'appétit, les apports énergétiques totaux et ni même sur l'appétence pour les aliments sucrés. De plus, suivant les résultats d'une autre étude, toujours chez des personnes normopondérées une consommation d'aspartame ( à effet dose allant de 0-350-1050mg) sur 12 semaines n'a pas induit de différence sur l'appétit, la satiété, l'envie de manger , le poids, la composition corporelle, l'insulinémie, la leptinémie ( hormone de la satiété) ...ni même sur l'appréciation du goût sucré. 

Sur les habitudes alimentaires : 

Si on analyse ( comme l'on fait plusieurs études ) les achats alimentaires de consommateurs de d'aliments allégés ou édulcorés ( boissons ...),  il est montré que ces personnes achètent également plus de fruits, yaourts et moins de friandises. Sur la mesure des apports alimentaires et énergétiques, ils sont alors  plus faibles chez les utilisatuers d'édulcorants. 

Sur le poids :  

Même si ce type d'études restent complexes à mettre en place et qu'il faudrait pour être précis analyser les effets sur le poids édulcorant par édulcorant, on peut noter selon une étude menée chez des personnes consommant différents édulcorants versus du saccharose ( sucre) sous forme de boissons sucrées que la consommation d'édulcorants n'induit pas de prise de poids contrairement à la consommation de sucre. 

Sur le diabète : 

En fait, nous en avons entendu parlé à diverses reprises, et des études ont suggéré que la consommation d'édulcorants pourrait exercer un effet diabétogène ces études sont encore à discuter du fait de biais . En fait, au contraire, l'hypothèse d'une causalité inverse ne serait pas à écarter !

Alors en pratique : 

Si l'on se réfère à diverses études, il semble bien que la consommation d'aliments light ou de boissons édulcorées augmente l'adhésion à la diététique et donc les édulcorants pourraient s'inscrire dans une stratégie de maintien du poids. En effet, dans une population de personnes ayant perdu plus de 13,6 kg, et ayant maintenu cette perte de poids depuis plus de 1 an. Il est apparu que 53% des personnes sont des consommateurs réguliers de boissons sucrées édulcorées et la majorité ont considéré que cela les aide à réduire leur apport énergétique. 

Pour conclure : 

A court terme, les édulcorants permettent de réduire l'apport énergétique total et n'augmentent pas l'attirance, la préférence et ni l'appétit pour les aliments sucrés et ne modifient pas non plus l'intensité de leur perception. 

A long terme, ils ont des effets bénéfiques mais modestes sur le poids, et même s'ils n'ont pas d'intérêt démontré dans la prévention de l'obésité ou du diabète dans la population générale, ils aident cependant les personnes en surpoids ou obèses à mieux adhérer à la diététique. 


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.