Quand la malbouffe conduit un adolescent à la cécité 2

Par Pr Philippe Chanson le 31-12-2019


On sait que la « malbouffe » est à l’origine de nombreux problèmes de santé : maladies cardiovasculaires, obésité, cancers. Il faut savoir aussi qu’une alimentation à base de malbouffe, enparticulier lorsqu’elle est exclusive, peut altérer de manière permanente le système nerveux central.

Par Pr Philippe Chanson le 31-12-2019


On sait que la « malbouffe » est à l’origine de nombreux problèmes de santé : maladies cardiovasculaires, obésité, cancers. Il faut savoir aussi qu’une alimentation à base de malbouffe, enparticulier lorsqu’elle est exclusive, peut altérer de manière permanente le système nerveux central.

L’histoire rapportée dans Annales of Internal Medicine est celle d’un garçon de 14 ans qui se plaignait d’une fatigue. En dehors d’être un enfant difficile pour la nourriture, il allait bien et ne prenait pas de médicament. Le bilan a montré une anémie macrocytaire, conduisant à faire doser la vitamine B 12, trouvée abaissée sans anticorps anti-facteur intrinsèque ou élément en faveur d’une maladie coeliaque. Il a donc été traité par injection de vitamine B12 et conseils diététiques. A l’âge de 15 ans, il a développé une perte auditive. L’ensemble du bilan était négatif. Puis il a développé des troubles visuels et finalement, à l’âge de 17 ans, après deux ans de perte visuelle progressive, une neuropathie optique a été mise en évidence avec des anomalies nettes au fond d’oeil, au champ visuel et aux potentiels évoqués visuels. L’IRM était strictement normale et les examens de laboratoire ont montré la persistance de la macrocytose avec des concentrations, cette fois, normales, de vitamine B12. Toutefois, les taux d’homocystéine et d’acide méthylmalonique étaient élevés, indiquant un déficit en vitamine B12 fonctionnel.

Une enquête alimentaire plus poussée n’a pas retrouvé de prise d’alcool ou de drogue. L’IMC était de 22 kg/m2 mais le patient a reconnu que depuis l’école élémentaire, il ne mangeait pas certains types d’aliments. En fait, il prenait chaque jour des frites chez un vendeur de frites local et des sandwichs de pain blanc avec du jambon et des saucisses. Il avait arrêté les injections de vitamine B12. Ses concentrations de cuivre et de sélénium étaient basses, celles de zinc étaient élevées et les taux de vitamine D étaient bas, de même que la densité minérale osseuse. Les biopsies gastro-intestinales et le fibroscan étaient normaux et il a donc eu des suppléments nutritionnels pour corriger ses déficits. Les neuropathies optiques d’origine nutritionnelle sont plutôt d’origine malabsorptive ou en rapport avec des médicaments ou une mauvaise alimentation associée à un alcoolisme ou à un tabagisme mais les causes purement nutritionnelles sont rares dans les pays développés. Les déficits en vitamine B1, B2, B3, B6, B9 et B12 et en cuivre ont probablement été combinés chez ce patient, contribuant à son atteinte neurologique.

La malbouffe est pauvre sur le plan nutritionnel mais riche en termes énergétiques et peu coûteuse, ce qui explique qu’elle soit à l’origine d’IMC élevés et associée à un statut socio-économique faible et une mauvaise santé. Les enfants ou les adolescents difficiles sur le plan alimentaire peuvent conduire, du fait de ces troubles du comportement alimentaire, à une alimentation de type malbouffe. Il s’agit clairement d’une cause possible de neuropathie optique nutritionnelle qu’il faut explorer chez les patients dont les troubles visuels sont inexpliqués.

Sources : Harrison R. et al. Blindness caused by a junk food diet. Ann Intern Med 2019 ; 171 : 859-861

0 0
Feed

Laisser un commentaire